top of page
Zed Yun Pavarotti.jpg

Après avoir assuré la première partie d’Orelsan en 2018, il sort sa première mixtape en Grand Zéro et récidive l’année d’après avec French Cash.

Alors étoile montante du rap français, le désinvolte et charismatique stéphanois déroute, autant par ses textes labyrinthiques que son esthétique générale, ultra moderne et à la fois sortie d’outre-tombe, crooner dans la surenchère d’attitude, auto-tune et mélodies pop, rap de minet et violence punk. Public, journalistes et artistes voient apparaître cet animal rare avec beaucoup de questions, la plupart du temps sans réponse ; autre silence, pendant deux ans, après son premier album Beauseigne (« le pauvre » en patois stéphanois), où l’artiste métamorphe effectue, encore, sa mue. Jusqu’à son tout dernier album, Encore, disponible depuis le 7 avril dernier. Un album qui emmène Zed Yun dans un univers encore rempli de contrastes, où l’envie de faire la Une des tabloïds charrie avec un simple désir d’amour ; menant la guerre pour avoir la paix.

L’ascension de Zed Yun Pavarotti continue :  avec plus de 30 dates en 2023, un été sur la route des festivals, dont un concert qui a conquis le public de Rock En Seine, Zed Yun Pavarotti a conclu cette première partie de tournée en apothéose hier dans une Cigale sold out depuis des mois et chauffée à blanc.
Alors que son titre Girfriend s’installe en radio et en streams, l'actu s'annonce bouillante en 2024 pour le Stéphanois, dont la suite de la tournée vient d'être dévoilée !

  • Facebook
  • Icône social Instagram
  • Icône sociale YouTube
  • Deezer sociale Icône
  • Spotify Icône sociale
bottom of page